accéder au contenu

17 juin 2011

Editorial

de la circulaire d’octobre 2011

Par HB

Par le président de La Réveillée

Olivier GONDRAN (de Robert Labarthe)

« La Réveillée » de cet été fut une vraie réussite. Pourtant l’année dernière nous avions beaucoup de questions sur l’avenir de notre association. Merci à tous ceux qui ont contribué à ce succès.

L’initiative de Nathalène et de Dauphine de réunir les anciens de la « Réveillée Jeunes » a manifestement donné un souffle de vitalité à ces journées.

Paul Bordreuil n’a pas eu un moment de répit lors des deux matinées prévues dans l’atelier de Pavel Kirzdorf tant la soif de s’initier à l’art de la verrerie était partagée.

Les conférencières ont su nous captiver.

Pierrette Fourcade nous a fait connaître les Robert de Nougaroulet en montrant les faisceaux de présomptions d’une très probable parenté avec « nos » Robert gentilshommes-verriers tout en faisant revivre quelques personnages pittoresques.

Madeleine Bertrand nous a présenté l’histoire des verreries de la Montagne Noire en réussissant une synthèse particulièrement claire et documentée sur l’histoire, les lieux, les techniques, les familles de verriers (Almoys, Bertin, Colomb, Robert, Grenier, Riols), leurs conditions de travail, ainsi que la verrerie produite. En s’appuyant sur les fouilles réalisées et notamment les plus récentes (I. Commandré et F. Martin), elle nous montre une qualité de production bien supérieure à ce que l’on imaginait.

Michel Lombart, pour ceux qui le souhaitaient, a réalisé des démonstrations généalogiques montrant la richesse que l’on pouvait tirer des données qu’il avait déjà numérisées.

La traditionnelle balade en montagne, dans la bruine des hauteurs bethmalaises (et dans la brume des lendemains de la fête de Gabre), s’est déroulée dans la fraîcheur et la bonne humeur.

Le colloque de Gabre a tenu ses promesses avec des exposés particulièrement intéressants.

C’est avec engagement que le conseil d’administration souhaite faire vivre ce qui nous unit. Et les propositions esquissées l’année dernière suite à l’enquête menée par Hélène Bégon-Tavera nous donnent des pistes qui tournent autour de l’intérêt commun pour une meilleure connaissance de l’environnement des gentilshommes verriers : histoire du verre, généalogie, lieux verriers, objets réalisés… Mais ce qui apparaît essentiel tourne autour des liens familiaux et du plaisir de nous rencontrer.

Aussi réservons dès à présent la journée du 4 août 2012.

  • Publié dans Editorial
  • Mots-clés :
  • Les commentaires et les trackbacks sont fermés pour cet article